Ah, de retour de vacances et toujours en vacance. Quel bonheur.

Après avoir profité d’une magnifique semaine de plongée, me voilà donc un poil crevé rentré en île de France pour faire de la paperasse, préparer des travaux, bref : ne pas profiter de mes quelques jours de repos. Je râle, je râle mais je me suis regardé la fin de la série Heroes ce matin (série que je recommande d’ailleurs, surtout si vous aimez les séries américaines et les comics).

Ma semaine de plongée a débutée par une matinée ensoleillée. Réveillé beaucoup trop tôt par mon réveil, je me motive pour préparer en urgence mon sac et surtout ne rien oublier: matos de plongée dans un sac, le fragile et le sec dans un autre. Je sors ma balance toute neuve pour peser mes sacs: 25kg tout pile pour le sac et un début de surcharge pondérale pour moi (l’hiver va brûler mes calories).

Enfin bref, le sac est fini bien trop tôt et moi, pauvre cloche, je me dis que je partirais bien plus tôt histoire d’avoir 4 ou 5 trains d’avance si jamais il y a des problèmes sur la ligne.

J’arrive beaucoup trop tôt, damned ! J’en profite pour regarder passer la vie versaillaise un dimanche matin (la boulangerie à côté aide pas mal à cela d’ailleurs). On voit vraiment de tout : du jeune à la casquette de travers à la petite vieille guindée, de la touriste soixantenaire chic au clochard s’installant sur son bout de carton pour faire la manche. C’est là un écosystème en pleine vie.

Mais l’heure du départ approche et Vincent passe nous chercher avec son fidèle destrier. Heureusement que Mathieu est à mes côtés: il ne m’aurait pas reconnu en chauve. On tasse nos sacs dans le coffre. Ca tient difficilement mais en poussant sa tient, il reste même un peu de place pour Alec que l’on passe chercher et zou, en direction de l’aéroport. Tout le monde se retrouve là-bas et nous partons donc à 7. Dans les autres groupes, il y a visiblement plus de filles. Bouygues sort entre hommes !

L’enregistrement est un véritable capharnaüm, les plongeurs doivent attendre que les autres clients s’enregistrent. Une dame un peu maladroite demande aux plongeurs de laisser passer les gens « normaux ». En gros bourrin qu’est le plongeur, elle sera huée en bonne et due forme.

Moi, ce que j’en dis : c’est les vacances, il fait beau en Corse, la mer est belle et les Corses sont belles :)

Pour les photos sous-marines et terrestres, pour les p’tites anecdotes, pour la vie courante quoi, je ferais tout ça à mon retour d’Essen. Là je vais jouer comme un malade en Allemagne.

Allez, bises à tous,

 

Stef