Avant de partir au Maroc, les potes m’ont annoncé que le Maroc, c’était sympa, il faisait chaud et beau même si l’on vivait parfois tangereusement. Au début, il y avait beaucoup de vrai. Mais dernièrement, le ciel a littéralement décidé de nous tomber sur la tête. Je me demande d’ailleurs si j’arriverais un jour à poster ce billet. Internet est coupé depuis samedi dernier et c’est super gênant au bout d’un certain temps. Je vais même bientôt être obligé d’aller dans un cybercafé pour lire mes emails et voir si la Terre continue de tourner.

 

N’allez pas croire que je suis contre ces inondations (même si samedi soir j’ai pesté contre la terre entière en gravissant les 14 étages qui menaient à mon appartement à cause d’un ascenseur qui tient mal l’eau). Au contraire, je trouve ça frais et sympa ces changements perpétuels de conditions climatiques. Etre au bord de la mer à longueur d’année a ses avantages.

A part ça, ce matin, c’est assez cool, les mouettes font du vol stationnaire, les nuages drapent Gibraltar comme une aurore boréale rosée et la mer est tumultueuse sans être déchaînée (mais un chargée de boue quand même).