Les généralités, on a beau dire, il arrive toujours un moment où l’on va généraliser une situation aperçue une ou deux fois. Une seule petite journée après mon retour, j’ai de nouveau du carburant pour alimenter mes plaintes. Je vais passer les chauffards, les mamas qui traversent et s’arrêtent au milieu de la route pour discuter, les troupeaux de moutons qui ne veulent qu’une chose : terminer en méchoui prématuré.

Non, la chose qui est la cause de mon titillement actuel est non pas la nonchalance, ni le laxisme mais plutôt un je-m’en-foutisme exacerbé d’une grande partie des gens de la région. C’est un peu la nana qui traverse à deux de tension, la voiture qui fait demi-tour ou qui déboite devant vous, ou toute autre personne qui se contrefout de savoir qu’il y a d’autres usagers sur la route.

C’est un peu tout ça mais pour le coup, c’est surtout les enfoirés qui ont fait des travaux chez eux à coup de perceuse à béton et de gros marteau hier soir jusqu’à 23h30. Ca me rend totalement dingue, j’étais pénard devant mon film quand ça a commencé. La première heure, ça va, mais au bout d’un moment, les attaques dans le béton n’étant pas régulières, ça surprend et ça fait peur à chaque fois. Le plus rigolo avec le béton est qu’il transmet très bien le son dans tout l’immeuble ; du coup, il est impossible de localiser le petit vicieux qui s’amuse à forer en soirée.

Je suis certain que ce maniaque fait ça par pur plaisir. Enfin, en cherchant, le coupable 5 minutes, je suis monté et il y a un accès à la terrasse d’où l’on peut jouir d’une superbe vue sur Tanger, c’était beau. Je ne sais d’ailleurs pas comment j’ai fais pour m’endormir avec tout ce stress accumulé, la fatigue peut-être.

Sinon aujourd’hui pour l’instant, juste une petite panne éléctrique qui nous a privé de réseau pendant 4h. Ca tombe bien j’avais du travail (^o^)/