Allez, j’attaque les derniers jours sur chantier avec une certaine nostalgie: déjà fini. Mais il y a un sujet que je n’ai pas traité (ou alors j’ai oublié :p): la drogue au Maroc.

Lors de mon arrivée, j’ai eu droit à un sermon sur plusieurs choses:
– la route;
– les prostituées;
– la drogue.

Notamment, j’ai eu droit à la remarque comme quoi on pouvait prendre 13 ans de prison pour consommation de drogue et que les européens étaient les cibles privilégiées des autorités. Moi honnête, donc moi normalement pas peur mais on sait jamais, y’a toujours moyen de se trouver au beau milieu d’une embrouille.

Au début, je n’avais pas remarqué cela plus que ça mais il est vrai qu’en faisant le bilan, on m’a pas mal de fois proposé des trucs louches. Un marocain t’abordes en marchant à côté de toi, il parle de la pluie et du beau temps (il pleut des cordes d’ailleurs ces temps ci, ça rend les routes super crades et les voitures aussi), puis soudain, entre le fromage et le dessert, PAF: « T’en veux? T’en veux? ».

Voilà pour la revente, méthode tout ce qu’il y a de plus classique.

Pour la production, elle se fait dans les montagnes du rif. Il faut savoir qu’il y a quelques temps ce cela, il avait été donné l’autorisation aux paysans de produire du shit (mais pas d’en consommer, n’y d’en vendre, belle hypocrisie me direz vous) et ils se donnent à coeur joie à cette activité.

Les paysans du rif ne payent pas de mine. Les hommes sont déguisés en Obi Wan Kenobi ou en Dark Maul (en djellaba quoi). Les femmes elles portent des tenues beaucoup plus colorées dans le style péruvien mais surtout elles sont affublées d’une sorte de dessus de plat à tajine sur la tête.

Mais comme dans tout commerce, ça n’est jamais le producteur qui s’en met plein les poches, se sont les intermédiaires. Ils sont eux aussi assez aisément repérables. Jeunes, ils roulent quand même en BMW flambant neuve avec plaque marocaine. Jusque là, on a les même en France. Par contre, ce qui change, c’est de voir les moyens de transport passer sous votre nez. Ils ont en effet de solides zodiacs avec 3 voire même 4 moteurs de 250 chevaux pour faire la traversée vers l’Espagne en un temps record.

Il est aussi assez courant de voir venir une jolie camionnette à la station essence pour faire le plein d’une dizaine de jerricans.

Mais que fais la police?

Dans la majeure partie des cas, pas grand chose, elle se contente d’arrêter quelques véhicules quelques contrôles inopinés. De temps à autres, ils arraisonnent un bateau et ceux qui vont s’entasser dans le port de Ksar Sghir avant de partir vers une destination inconnue.

Petites anecdotes notoires:
La route construite pour remplacer la piste qui mène au chantier devait passer en plein milieu de la maison d’un trafiquant. La notoriété du trafiquantet surtout ses relations ont fait déplacer la route de quelques mètres pour passer devant chez lui. Il gardera donc sa belle vue sur la mer, et puis de toute façon, cela aurait vraiment été dommage. La maison a des murs décorés de petits motifs incrustés très jolis, de belles arabesques, de petits tours filiformes aux toits pointus. Bref, elle est sympa.

D’autres trafiquants réputés s’étaient fait coincer. Afin d’alléger leur peine, ils ont eu une solution de recours: construire un parc d’attraction (du même acabit qu’aqualand). Ils se sont exécutés, sont sortis de prison, on continué leur petite vie et sont retournés à leur activités illicites. Bilan: ils sont toujours en prison mais la ville à un très joli parc.

Après, ce sont sûrement des ragots de personnes jalouses, mais qui sait ;)